Les mots ça compte !

Les mots ça compte !

14 août 2018 Développement personnel 0

développement personnel

Le développement personnel prend en compte une multitude de paramètres. Nos paroles en font largement partie.
« Bon courage ! », « Le problème c’est que », « pourvu qu’il ne m’arrive rien », « Vivement la retraite », « Ça ne marchera jamais », « C’était mieux avant », « On a toujours fait comme ça » … Attention à ce que nous disons, les mots ça compte!

Autant de phrases, de mots ou d’expressions que l’on entend à longueur de journée. Dans la rue, au travail, à la maison, dans les commerces, etc. Ces mots sont dit partout, tout le temps et par tout le monde.
Ce sont de mauvaises habitudes que nous avons pris au fur et à mesure du temps. Force est de constater qu’ils sont inscrits dans notre quotidien.
Problème, ils ont une signification très importante et sont le reflet d’un pessimisme ambiant et d’une certaine lassitude.

Nous allons prendre quelques exemples pour illustrer tout cela.

« Bon courage ! »

Qui ne dit jamais à la maison, au travail ou à la caisse d’un supermarché : « bon courage » ? Cette phrase mine le moral sans que vous en ayez conscience. Bon courage pour quoi? Pour le travail? Parce que c’est une souffrance? Cette phrase était autrefois employée pour faire preuve de bravoure dans les moments difficiles, les accidents, les coups etc. Mais le travail, ou les tâches ménagères ne sont pas censé être de la souffrance.
Et quand bien même cette phrase serait une formule de politesse, elle rappelle surtout, de manière inconsciente et indirecte, que cette tâche est une corvée et que c’est difficile, etc.
Ne dites plus « Bon courage! »

« De rien » , « Il n’y a pas de quoi »

Deuxième exemple tout aussi parlant: les fameux « de rien » ou  » il n’y a pas de quoi « . Si il y a de quoi. Lorsque vous rendez service à quelqu’un sa gratitude passe par un remerciement. Ne répondez pas à cette personne en banalisant cela. Ces échanges cordiaux sont précieux. Ponctuez votre réponse d’un « avec plaisir ! », qui donnera une autre dimension à l’échange et à l’image que vous renverrez.

Tout est petit

Un dernier exemple même si il y en a encore un certain nombre. Essayez de réduire au strict minimum l’emploi de l’adjectif petit. Aujourd’hui nous l’employons à tort et à travers. Comme si tout était petit, réduit, comme le moral de la majorité de la population. Et si vous arrêtiez de tout voir en petit? Si vous voyiez les choses simplement.
Je vous copie un extrait d’un livre dont je parlerai en fin d’article et qui résume parfaitement l’utilisation du mot « petit ».
« Réfléchissez un instant à la journée d’un Français. Vous. Moi. Votre conjoint. Votre patron. Vos amis. Nous tous. Sans distinction d’âge, de sexe, de ressources, d’éducation, d’occupation. Après notre petit-déjeuner, nous passons un moment au petit coin, puis faisons un petit bisou à notre petit(e) ami(e) avant de partir travailler. Au bureau, nous commençons par prendre un petit café avec nos collègues, dont beaucoup sont aux petits soins pour nous depuis que nous avons obtenu de l’avancement et enfin pu quitter notre petit boulot. Après voir grillé une petite cigarette, retour aux choses sérieuses. À midi, pour calmer notre petit creux, nous nous offrons une petite bouffe dans un petit resto qui propose des petits plats aux petits oignons accompagnés d’un petit vin de pays. (…) Ne pouvant décemment nous octroyer la petite sieste dont nous rêvons à cet instant de la journée, nous enchaînons les réunions en petit comité avec notre petit chef. En croisant un collègue dans les couloirs, nous l’invitons à nous envoyer un petit mail ou à nous laisser un petit message pour ne pas oublier d’assister à la prochaine réunion qu’il organise. Sur le chemin de la maison, nous nous octroyons une petite pause shopping dans un magasin qui affiche de petits prix, seul moyen pour nous de faire quelques économies pour nous offrir… de grandes vacances (tiens, tiens…) ! » *

Vous vous reconnaissez ?

Mais bien entendu vous êtes toutes et tous en mesure d’inverser la tendance et de tendre à plus d’optimisme. Parce que les raisons d’y croire sont nombreuses et fortes.

* extrait du livre : Ne me dites plus jamais bon courage ! Un livre que je recommande vivement et qui vous fera voir les choses sous un angle différent.
Quelques extraits ici –> https://plusjamais.philippebloch.com/extraits/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.