Qui suis-je ?

Mathieu Chesneau

 
Interview présentation

Vie personnelle

Qu’emporterais-tu sur une île déserte ? Si j’ai ma femme et ma fille avec moi j’aurais la force nécessaire pour me débrouiller.

Tu te vois comment dans 10 ans ? Avec 10 ans de plus. J’imagine que j’aurais encore évolué professionnellement et que certains projets que j’ai en tête se concrétiseront.

Tu es du matin ou du soir ? J’ai lu il y a peu de temps que cela était inscrit assez tôt en nous. A la naissance en fait. Personnellement, les réveils tôt le matin ont toujours été compliqués. En revanche une fois que je suis lancé, je veille tard.

C’est quoi une journée parfaite pour toi ? Globalement toutes les journées sont parfaites parce qu’elles sont là. Chaque moment peut être un moment de joie. Mais je dirais pour être plus précis que si j’ai réalisé ce dont j’avais envie, cette journée est satisfaisante.

Quelle est ta devise ? L’ambition de faire le bien est la seule qui compte.

Qu’est-ce qui te fais lever le matin ? Ah bin le réveil.  J’aime l’idée de me lever et ne pas savoir ce qu’il va se passer dans ma journée. Avoir des surprises. Et j’ai envie de découvrir  le plus de choses possible.

Quel est ton plus bel accomplissement personnel ? Avoir épousé ma femme et avoir eu une fille avec elle est ce que j’ai fait de mieux et ce qui pouvait m’arriver de plus fou et intense.

Si tu devais choisir un mentor, n’importe qui, qui serait cette personne ? Je pense que ce serait Nelson Mandela. Un formidable exemple d’abnégation et d’envie de réussir les choses.

Est-ce que tu as une citation préférée ? C’est une citation de Mandela justement : notre mission est de libérer notre lumière pour devenir une source de lumière pour les autres.

Comment définis-tu le succès ? Fixez-vous un objectif, peu importe son degré d’importance, réalisez-le et prenez plaisir à le faire. Le succès c’est cela.

Si tu pouvais rencontrer quelqu’un dans le monde, mort ou vivant, qui serait-ce et pourquoi ? Il y a beaucoup de monde que je trouve inspirant et à qui j’aimerais parler pour élever ma conscience encore plus haut. Des personnes d’horizons différents : Mandela, Martin Luther King, Siddhartha Shakyamuni (1er Bouddha), Aurélien Barrau, Johnny Hallyday, Bruce Lee, Alexandre Astier… Ça en fait beaucoup qui ne sont plus vivants.

Si tu étais un animal, lequel serais-tu ? Je pense que je serais un loup. Le loup tient un rôle majeur dans l’équilibre de l’éco-système. C’est de plus un animal très sociable, très joueur et qui a l’esprit de famille.

Quel livre as-tu lu en dernier ? Mon dernier livre était Un Noël à la petite boulangerie, roman léger qui fait du bien. En ce moment je lis La Programmation Neuro-Linguistique pour les nuls. Un livre moins léger mais très utile tant professionnellement que personnellement. Et j’ai encore une bonne liste de livres qui m’attendent comme : Etre végétarien pour les nuls, La preuve par l’âme, La philosophie pour ceux qui ont tout oublié…

Qu’aimes-tu faire pendant ton temps libre ? Me balader en forêt est une activité que j’adore faire. Etre là, simplement là. J’aime aller au cinéma, lire, voir mes amis et ma famille pour partager des moments de rire.

Que signifie pour toi un véritable leadership ? Un leadership c’est celui qui sait mener une équipe de manière naturelle, qui sait se faire écouter et écouter ceux qui l’entourent. Il prend les décisions, peut trancher mais jamais sans avoir demandé conseils. Il emmène les autres avec lui vers la réussite.

Quelle est la chose la plus importante que tu as apprise au cours des cinq dernières années ? Croyez toujours en vous et en vos rêves. Ils se réalisent. C’est vous qui décidez de votre vie.

Tu es le plus heureux quand ? Tout le temps. Je n’ai pas de moment précis. Chaque moment est important et doit être vécu pleinement.

Vie professionnelle

Quel est ton plus bel accomplissement professionnel ? Je n’en suis sûrement qu’au début de cet accomplissement. Mais disons que je suis fier lorsque je lis ou écoute des experts en psychologie, développement personnels, etc. et que ce qu’ils disent correspond à mon discours. Je vois que je suis sur la bonne voie.

A quoi ressemble une journée type au travail ? A rien ! Plus sérieusement il n’y a pas de journée type. Et c’est ce que j’aime. Me lever et ne pas vivre la même journée que la veille. Se remettre en question et trouver de nouveaux challenges.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ? Je travaille sur une méthode pour changer ses habitudes. Transformer d’anciennes habitudes en nouvelles, plus intéressantes pour qui veut transformer sa vie. J’ai d’autres projets mais je les garde secret pour le moment.

Si tu pouvais changer une chose à propos du coaching en général, ce serait quoi ? J’aimerais qu’il y ait plus de visibilité. Que l’on se rende compte que les thérapies alternatives fonctionnent, pour peu que l’on s’en saisisse. Quelles sont complémentaires de la médecine plus traditionnelle. Nous avons besoin de nous sentir mieux, sur différents pans de notre vie, et ces thérapies sont là pour ça.

Qu’est-ce que tu préfères dans ton travail ? J’aime l’idée de transmission. Apporter mon savoir à quelqu’un et l’accompagner sur la voie de la réussite. Le contact avec les personnes que j’accompagne est une belle satisfaction.

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes coachs ? Restez toujours actifs. Lisez. Ecoutez les experts. Travaillez sur vous. Un bon coach ou thérapeute a d’abord travaillé sur lui. Donnez-vous les moyens de réussir.

Avant de travailler en tant que coach, quel a été le travail le plus inhabituel ou le plus intéressant que tu n’aies jamais fait ? Ce n’est pas un travail qui semble inhabituel et pourtant beaucoup de monde ne se rend pas compte de ce qu’il implique. J’ai été gendarme pendant 3 ans. C’est un travail prenant. En termes de psychologie il faut être suffisamment armé pour exercer cette profession. C’est un métier très intéressant mais complexe sur plusieurs plans.

Quels sont les 3 mots pour décrire ton activité de coach ? Ecoute, empathie, accompagnement.

Qu’est-ce qui te semble le plus difficile dans ton activité de coach ? Avoir de la visibilité, trouver de nouvelles personnes n’est pas toujours chose aisée, tant les gens ont peur de l’inconnu aujourd’hui. Ce qui est dommage parce que l’inconnu s’avère souvent être un révélateur.

Qu’est-ce qui t’a amené au coaching à l’origine ? L’envie d’aider, de transmettre, d’accompagner.

As-tu évolué dans ta propre pratique en tant que coach ? Bien-sûr ! C’est essentiel. Et je suis en constante évolution.

Comment équilibres-tu ta carrière de coach et ta vie de famille ? Ma femme étant sophrologue nous savons que nos plannings bougent souvent. Et nos activités font de nous (ou nous faisons de nos activités…) des personnes compréhensives, patientes et à l’écoute. A partir du moment où il y a une bonne communication, une entraide et un profond respect, tout peut s’équilibrer.

Interview réalisée par https://www.sophro.emipaugam.fr/